L'école, de sept à seize ans

 

 Les jeunes hommes romains vont à l'école. Ils apprennent à lire, à écrire et à compter. Les esclaves ont eux aussi droit à l'éducation. Les enfants ont de nombreuses activités dans les cours de récréations. Ils jouent aux osselets. Ils font rouler leurs cerceaux et connaissent beaucoup de jeux de balles. Ils ont aussi des jeux très ressemblants au croquet où l'on pousse une boule avec des canes. A 13 ou 15 ans, les enfants suivent les leçons de professeurs venant d'Athènes, de Pergame ou de Rhodes, qui leur apprennent la littérature grecque et latine, l'histoire et la géographie, la musique, la mythologie, plus que les mathématiques. Les plus riches peuvent envoyer leurs enfants, lorsqu'ils ont onze ans, dans les écoles supérieures où ils apprenaient le grec et le latin. Les Romains, bons techniciens des mines, de la construction, n'ont pourtant pas créé un véritable enseignement technique ou scientifique. Le savoir se transmet souvent dans le cadre des familles, des métiers. On est apprenti géomètre comme on est apprenti maçon. Les seules matières enseignées officiellement sont celles qui, comme le droit, conduisent aux carrières administratives, les seules qui intéressent les riches.

 

Suite / Retour au menu principal